Kenpo et Karate



bodhidharma et karaté
Prajnarata et karate
Malla-yuddha et art martial
Vajrapani art martial et karate
Vajrapani et art martial
Vajrapani art martial et karate
Wushu et karate
Histoire du wushu et karate
Art martial antique chinois et karate
Kung-fu et Confucius
Karate et Confucius
Boxe de la Grue Blanche et Karate
Kung-fu et karate
Origine du Kung Fu
Karate kung fu et Hua Tuo
boxes du Sud de la Chine et karate
Shuai jiao et Karate
Varma Kalai et Karate
Perse et Karate
Pahlevani et Karate
Grece antique Pancrate art martial et karate
Pancrace et karate
karate et origine africaine
Karate et Kuta
Karate et art martial antique egyptien
Karate et art martial antique egyptien
karate et lutte nubienne
Karate et video de lutte senegalaise aux arts martiaux
karate et lutte senegalaise


Art martial et Europe
Chine et Karate
karate et Kanga Sagugawa
Karate et Peichin Takahara
Karate et Chatan Yara
Karate et Wong Chung Yoh
Xingyi Quan et karate
Baduanjin et karate
Yue Fei et karate
Karate origines chinoises
Karate et Kusanku
Chine et art martial
SunTzu et art martial
Empereur Jaune Huangdi et arts martiaux
shuai jiao et art martial
Legende chinoise et art martial
Dynastie chinoise antique xia et art martial
art martial interne
Wudang Quan
art martial externe
Wang Zhengnan
Huang Zongxi
hagiographie art martial interne et externe



Quan fa et karate


Chibana Shoshin et karate
Anko Itosu et Karate moderne
pere karate moderne
grand pere karate moderne
Sokon Matsumura et karate
Hanashiro Chomo et karate
Tode Tote karate
Kentsu Yabu et Karate
Katsuya Miyahira et karate




karaté kobudo oshukai colombes page d'accueil

Le Karaté Shorin Ryu d'Okinawa provient du courant SHURI-TE développé par Maître Sokon MATSUMURA. SHORIN RYU est la prononciation okinawaïenne du terme chinois Shaolin qui signifie la petite forêt. Preuve s'il en était de l'influence chinoise sur l'évolution du Tode.

Le Shuri-Te est, de ce fait, la base du véritable Karaté d'Okinawa.


L'héritage du Shaolin Quan y est donc présent, caractérisé par sa mobilité, incluant des sauts. La spécificité du Shorin Ryu est la finesse des blocages. Cela met en évidence la supériorité d'une bonne technique sur la force physique. Lorsque l'on atteint un bon niveau technique la taille n'a plus d'importance.

Certaines études sur les arts martiaux japonais, les Kenpo ou les budō, indiquent une provenance antérieure à la Chine qui serait d'Inde sous une forme du Kalarippayatt, propagé par le moine boudhiste bodhidharma formé par Maître Prajnatara (des traces historiques indiquent que Maître Prajnatara serait une femme) mais nous n'avons aucune certitude sur ce point. Une des origines venant de l'Inde peut être le Malla-yuddha. Vajrapani aurait aussi influencé ou permit de transmettre les arts martiaux.

Il se peut que l'origine du Wushu soit le yijing kingyi suijing (ou ekkinkyo en japonais).

D'autres études indiquent que cette discipline s'inspirerait du Shou-bo de la dynastie Qin conseillé pour tout le monde par Confucius, ou de baihe quan (boxe de la Grue Blanche) qui est une autre forme de kung-fu dont l'origine pourrait venir du médecin Hua Tuo, ou de Nan Quan né dans le sud de la Chine, ou encore du Shuai Jiao  et du Varma Kalai.

Des recherches indiquent des origines de Perse avec le Pahlevani ou encore plus ancien de la Grèce antique  avec le Pancrace, ou d'Afrique via l'Egypte avec le Kuta, le Tahtib et le Aha ou la lutte nubienne voire la lutte sénégalaise.

Des représentations de techniques de combat de l'époque mésopotamienne ont été trouvées mais il est difficile de retrouver l'histoire des arts martiaux et même si le terme art martial serait d'origine européen il se peut que le karaté soit d'origine Chinoise suite aux transferts du savoir de Sensei Kanga Sakugawa via Peichin Takahara élève de Sensei Chatan Yara élève de Wong Chung-Yoh (qui aurait été un pratiquant de Xingyi quan ou de Baduanjin développé par le général Yue Fei), et également de Sensei Kusanku. Le traité « L’Art de la guerre » de Sun Tzu, écrit il y a environ 2500 ans, cite les arts martiaux comme méthode d’entraînement des unités militaires de la Chine ancienne.

La plus ancienne figure connue, comme pratiquant du style SHURI-TE, est Shinjo CHOKEN mais la tradition chinoise indique que ce serait L’Empereur Jaune (Huangdi) (2697 à 2597 av. J.-C) qui aurait inventé les arts martiaux (à prioro pour combattre le jiaodi). Selon la légende Chinoise, les arts martiaux chinois sont nés sous la dynastie semi-mythique Xia (夏朝) il y a plus de 4000 ans.

Une distinction entre art martial interne (Neijiaquan ou Wudang quan) et art martial externe (Shaolin) apparaît dans une épitaphe dédiée au maître d’arts martiaux Wang Zhengnan (1617-1669) et rédigée par le philosophe Huang Zongxi en 1669 mais pour que la distinction soit décrite complètement il a fallu prendre en compte une personne : Bodhidharma. Cependant il semble que les moines Shaolin ont surtout pris en compte des enseignements venant de l'époque de Vajrapani et leur art martial serait donc plus ancien.


Dès le 10ème siècle, la Chine entretient des rapports commerciaux avec l'archipel des Ryû Kyû.

De nombreux Chinois se rendent à Okinawa, parmi eux il y a des experts de la boxe chinoise (Quan fa), beaucoup d'échanges se font. En 1609, l'île est envahie par les Japonais.

Ils instaurent une domination militaire sur tout l'archipel des Ryû Kyû en interdisant toute arme. C'est à partir de ce moment que le Tode s'est transmis secrètement de Maîtres à disciples.


Les techniques de travail traditionnelles utilisées avec le Karaté Shorin Ryu développent les qualités de force, stabilité, précision, rapidité et endurance cardio-vasculaire. Ces techniques donnent au Karatéka l'assurance d'une progression continue et harmonieuse du corps et de l'esprit.

Le travail avec les partenaires a aussi toute son importance. Il n'est possible de progresser que si l'on s'intéresse sincèrement au travail de ses partenaires, et que l'on met toute son énergie au service de leur progression.

Le Karaté Shorin Ryu met à la disposition du pratiquant une gamme très étendue de types de travail, adaptés au niveau de chacun et lui permettant de progresser de façon durable jusqu'à un haut niveau.

Le Karaté enseigné est du style Shorin-ryu de la forme Kobayashi de l'école Oshukaï créée par Chibana Shōshin, élève de Anko Itosu (parfois considéré comme le vrai père, ou grand-père, du karaté "moderne), élève de Sokon Matsumura. C'est Hanashiro Chomo qui a utilisé le mot karaté plutôt que To-te et c'est selon toute vraisemblance son ami Kentsu Yabu qui a été le premier à présenter le karaté à Hawaï. Le successeur officiel de Anko Itosu est Katsuya Miyahira, Sensei de Chinen Kenyu.


Le pratiquant de Karaté s'appelle "Karatéka".


Il porte une tenue blanche composée d'un pantalon blanc et d'une veste blanche sur laquelle il arbore l'écusson de l'école dont il suit l'enseignement (au niveau du cœur).


Il porte une ceinture de couleur indiquant son niveau de pratique. Cette tenue s'appelle keikogi ou karategi (le kimono est en effet un habit).


Oshukaï signifie : Ecole des techniques originelles.

Oshukai France est l’association regroupant tous les pratiquants de KARATEDO SHORIN-RYU et de KOBUDO d’OKINAWA qui suivent l’enseignement traditionnel dispensé par Maître CHINEN Kenyu.

L’association Oshukaï France regroupe plus de 50 clubs français et organise des stages et des compétitions de Karaté traditionnel et de Kobudo d’Okinawa en France et à l’étranger.


Plus d'informations sur le Karaté Shorin-ryu (Wikipedia)


Passage grade en Karaté



LES KATAS SHORIN-RYU



2 KATA éducatifs

Fukyu Gata Ichi

Fukyu Gata Ni


3 Naihanchi

Naihanchi Shodan

Naihanchi Nidan

Naihanchi Sandan


5 Pinan

Pinan Shodan

Pinan Nidan

Pinan Sandan

Pinan Yondan

Pinan Godan


KATA supérieurs originels

Itosu Passai

Matsumura Passai

Kusanku Sho

Kusanku Dai

Chinto

Gojushiho

Nom officiel Japonais Karaté Shorin-ryu

LE KARATE SHORIN-RYU ENSEIGNE AU CLUB DE OSHUKAI COLOMBES